UA-89942617-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2017

Pour une juste reconnaissance des orthophonistes hospitaliers

170202 orthophonistes.JPGJeudi 02 février j'ai rencontré, au nom de mes collègues parlementaires socialistes de Loire-Atlantique*, des représentantes du Syndicat régional des orthophonistes des Pays de la Loire (SROPL) et des élèves orthophonistes.

Avec leur fédération nationale, la FNO, elles attendent pour les orthophonistes qui exercent au sein des hôpitaux une juste reconnaissance de leur niveau d’étude (BAC+5) et de leurs compétences.

Les orthophonistes constatent une désaffection de leur profession dans le secteur hospitalier, due aux difficultés pour les élèves de trouver des stages en établissements de soins, mais aussi au fait que les conditions d’exercice en milieu hospitalier ne sont pas attrayantes d’un point de vue pécuniaire, ni en termes d’évolution professionnelle. Par exemple, la fonction de cadre hospitalier ne leur est actuellement pas ouverte.

C’est notre majorité qui a permis la reconnaissance au grade Master de la formation initiale des orthophonistes. Cependant, cette profession est maintenue dans la grille indiciaire hospitalière des professions à formation BAC+3. Au-delà de l’aspect de revalorisation salariale que propose le Gouvernement, un classement indiciaire correspondant à la formation BAC+5 est attendu. C’est ce que permettrait la création, souhaitée, d’une grille spécifique et a minima la sortie de la filière rééducation, partant de la compétence spécifique qu’ont les orthophonistes en termes de pose de diagnostic, acquis officiellement reconnu depuis 2002.

Ainsi que je j’ai fait déjà à plusieurs reprises ces dernières années, j’ai relayé ces doléances auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, du Premier ministre et du Président de la République, en leur demandant quelles mesures sont envisagées pour une juste reconnaissance et la valorisation de cette profession.

*Marie-Odile Bouillé, Karine Daniel, Yves Daniel, Sophie Errante, Monique Rabin, Dominique Raimbourg, Michelle Meunier, Yannick Vaugrenard

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.