Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2015

Elections départementales: ne laissez pas les autres décider pour vous!

Elections-departementales-2015.jpgLes 22 et 29 mars prochains, les Français sont appelés à renouveler l’ensemble des élus des Conseils départementaux. Sujets à de nombreuses mutations, le scrutin départemental en lui-même, ainsi que les compétences de cette institution ont sensiblement évolué depuis son dernier renouvellement, et il est primordial que chacun comprenne l’ampleur de ces changements pour saisir celui de l’enjeu des 10 jours à venir.

Mais il faut toutefois reconnaître que le climat actuel est peu propice à un réel débat de fond. En effet, il ne se passe pas une journée sans que l’on entende, çà et là, que les élections départementales n’intéressent personne, et que l’abstention sera la grande gagnante du scrutin. De manière inédite, les médias se complaisent même à donner raison aux futurs abstentionnistes, au motif que le Gouvernement aurait tout fait pour brouiller les pistes, en contraignant les électeurs à se prononcer sur une collectivité pour l’heure sans compétences précises.

Si la réforme territoriale, appelée NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), modifiera effectivement les compétences imparties à chaque échelon territorial, le chemin législatif déjà parcouru en première lecture nous donne les éléments clés qui seront au cœur des Départements de demain.

Tout d’abord, le département conserve sa mission fondatrice et structurante, à savoir la protection et l’accompagnement de nos concitoyens les plus fragiles, de la petite enfance au grand âge, en passant par les demandeurs d’emploi victimes de la crise, jusqu’à l’accompagnement quotidien du handicap. Protection maternelle et infantile (PMI), maisons de retraite, établissements d'accueil spécialisés, accompagnement des familles en difficultés, autant de sujets très concrets qui relèvent du domaine d’action du Conseil départemental. A ce titre, il gère, en plus du Revenu de Solidarité Active (RSA), de nombreuses prestations sociales à l’image de l'APA (Allocation personnalisée d’autonomie), afin de venir en aide aux personnes âgées.

Parmi les autres grands dossiers pris en charge par les départements, figurent ceux de la création, de la gestion et de l’entretien des collèges ainsi que de la voirie départementale. Les conseillers départementaux que vous élirez seront également amenés à soutenir le sport, la culture, l'éducation populaire, comme l'a souhaité l'Assemblée Nationale.

Ce sont sur ces questions très concrètes, entre autres, que vous êtes, citoyennes et citoyens, appelés à vous prononcer les 22 et 29 mars prochains. Ne laissez pas les autres décider pour vous, allez voter dès dimanche prochain pour votre projet de Département !

19/03/2015

Attaque terroriste au Bardo : soutien au peuple tunisien ami

a-TUNISIE-640x468.jpgAlors que les députés tunisiens débattent actuellement d'un projet de loi anti-terroriste, l’horreur a frappé hier en fin de matinée aux abords du Parlement tunisien, dans le musée Bardo mitoyen de ce bâtiment de Tunis.

Au moins vingt et une victimes sont à déplorer, dont deux Tunisiens et deux de nos compatriotes. Parmi les personnes présentes dans le musée prises en otage par les assaillants, près de cinquante ont été blessées au cours de l’assaut donné par les forces de l’ordre tunisiennes. Les deux auteurs de l’attaque ont été tués pendant cette intervention.

En tant que Président du groupe d’amitié France Tunisie de l’Assemblée Nationale, j’ai eu l’occasion à plusieurs reprises, sur différents medias, d’exprimer toute ma solidarité aux victimes, à leurs proches et, naturellement, aux dirigeants de ce pays et au peuple tunisien ami.

Je condamne avec la plus grande fermeté cette lâcheté qui caractérise tout acte terroriste. Cette nouvelle attaque, qui a pris pour cible le seul pays, parmi ceux qui ont connu le printemps arabe, qui ait réussi à avancer progressivement vers la démocratie, vient tristement rappeler la nécessité impérieuse d’une solidarité et d’une coopération internationales dans la lutte contre ce fléau.

Le Président François HOLLANDE a d'ailleurs annoncé qu’il a demandé au Ministre de l’Intérieur Bernard CAZENEUVE de se rendre dès demain en Tunisie et de tout mettre en œuvre pour renforcer encore notre coopération avec l’État tunisien sur les questions de sécurité, que ce soit en termes de moyens humains qu’en apport technique.

La solidarité et la coopération se traduisent ainsi concrètement entre nos deux pays. Je vous invite vous aussi, chers concitoyens, à ne pas céder à la peur et à manifester votre empathie et votre solidarité au peuple tunisien. Le tourisme, qui occupe une place stratégique dans l’économie de la Tunisie, est une cible majeure de cette attaque meurtrière. N’excluez donc pas la Tunisie de vos destinations de voyage, sauf bien sûr consignes précises du Ministère des affaires étrangères. Gardons à l’esprit que la menace terroriste pèse sur de nombreux pays, en Europe comme sur le continent africain, et qu’il y a quelques semaines, c’est la France qui était touchée.


Michel Menard : Il faut aller en vacances en... par LCP


 

09/03/2015

La prime d’activité, solidarité envers les salariés les plus modestes

PRIMEACTIVITE.JPGDès janvier 2013, lors de la réunion du Comité interministériel de lutte contre l’exclusion (CILE), le Gouvernement a adopté un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

La force de ce dispositif réside dans sa méthode d’élaboration qui fixe des objectifs et des actions concrètes jusqu’en 2017. En effet, il a été conçu et est porté par de nombreux acteurs, dont  l’État, les collectivités et les services publics bien évidemment, les entreprises et les organisations syndicales, mais aussi les associations et des personnes en situation de précarité qui connaissent, parce qu’elles les vivent au quotidien, les exclusions et la dureté des situations de pauvreté.

Sans revenir sur la période 2013-2014, essentiellement axée sur le volet préventif et sur l’accompagnement des personnes, une évaluation des dispositifs existants a été confiée à François Chérèque, dans le cadre de ses fonctions au sein de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Lire la suite

27/02/2015

Loi Macron : un accès facilité aux professions réglementées

Macron Prof régl.jpgLe projet de loi pour la croissance et l’activité porte la réforme des professions réglementées, de leurs tarifs et de leurs conditions d’installation. Sont ainsi concernés les commissaires-priseurs judiciaires, les greffiers des tribunaux de commerce, les huissiers de justice, les administrateurs judiciaires, les mandataires judiciaires et les notaires.

Le travail parlementaire, les nombreuses auditions, les rencontres lors de nos permanences, ont permis de faire évoluer le projet ministériel, en tenant compte des disparités et des inégalités territoriales.

Le sens initial du projet visait à permettre un meilleur accès de tous au droit, à faire évoluer les conditions d’installation et à permettre d’introduire un corridor tarifaire sur les tarifs réglementés (avec un prix plancher et un prix plafond) le but étant que l’usager puisse choisir aussi en fonction du prix. Ce dernier point, créant une tarification variable d’un service public du droit assuré par délégation de l’autorité publique, a suscité le débat. Dans les faits, il portait essentiellement sur les actes les plus importants et risquait donc de profiter essentiellement à des clients fortunés. L’Assemblée a supprimé à l’unanimité ce dispositif, avec un avis favorable du Gouvernement.

Lire la suite

Publié dans Economie et emploi, politique et société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | |