Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2015

Les États européens doivent reconnaître l’État de Palestine

PalestineMM2013.jpgJe suis allé en Palestine en 2013. Depuis, la situation s’aggrave avec, l’été dernier, les massacres de Gaza et, suite aux élections israéliennes, l’installation d’un gouvernement d’extrême-droite qui durcit sa politique coloniale.

Après l’échec prévisible des négociations, M. Netanyahu déclare en campagne électorale qu’il n’y aura pas d’État palestinien. Elu, il en reparle pourtant, mais comme d’un territoire réduit et mité par les nombreuses colonies à l’intérieur de la Ligne verte.

Cette contradiction traduit l’impasse d’une ligne politique qui refuse autant un État Palestinien qu’un État unique. Quelle alternative alors? Statu quo, blocus de Gaza, essor des colonies, incursions nocturnes de l’armée dans les villes et camps de réfugiés palestiniens, répression violente de la résistance pacifique, emprisonnements massifs de Palestiniens y compris d’enfants? Inacceptable pour qui est attaché au droit!

Malgré des avancées diplomatiques, les Palestiniens sont livrés à eux-mêmes, les phares de l’actualité étant braqués, à juste titre, sur l’avancée de Daech, la désintégration d’États du Moyen-Orient et l’afflux de réfugiés en Europe. Si tous ces périls menacent l’avenir du monde, il ne faut pas oublier que la question israélo-palestinienne, partie intégrante de la situation au Moyen-Orient, appelle une solution urgente qui, contrairement à ce que déclarait M. Sarkozy en Israël, ne peut résulter d’une négociation bilatérale entre Israéliens et Palestiniens, entre l’occupé et l’occupant.

Grâce au travail des associations de solidarité pour informer et mobiliser la société civile, nos sociétés européennes sont majoritairement convaincues que l’occupation et la colonisation israéliennes doivent cesser et que la paix passe par l’application du droit.

Désormais, au niveau politique d’intervenir! Les États européens doivent reconnaître l’État de Palestine, souverain dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale et un règlement de la question des réfugiés selon la résolution 194 de l’ONU. C’est le moment pour le gouvernement de suivre les votes de l’Assemblée Nationale et du Sénat sur ce sujet.

La France doit rappeler en permanence et avec force à ses interlocuteurs israéliens que la colonisation, illégale, doit cesser et que le blocus de Gaza, contraire à la Quatrième Convention de Genève, doit être levé.

Sans pressions diplomatiques et économiques, ces déclarations seront sans effet. Le gouvernement avance, quand il met en garde les entreprises françaises contre les risques encourus en cas de relations d’affaires avec les colonies.

La France se doit de militer pour les droits humains et l’application du droit international, y compris par des sanctions à l’égard des pays qui s’y refusent. C’est l’unique voie vers une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. Comme ailleurs dans le monde.

Point de vue publié par Ouest-France, édition du 03 juillet 2015.

03/07/2015

Visite de la Maison d’arrêt Nantes-Carquefou

Visite prison.JPGVendredi 26 juin dernier, en compagnie de ma collègue Monique Rabin, députée de la 9ème circonscription de Loire-Atlantique, j’ai visité la maison d’arrêt de Nantes-Carquefou.

Nous avons ainsi fait valoir le droit accordé aux parlementaires de se rendre librement dans des centres pénitentiaires, même à l’improviste. Cependant, contrairement à nos précédentes visites, nous sommes venus cette fois accompagnés de journalistes de la presse locale.

En effet, depuis la promulgation de la loi portant diverses dispositions tendant à la modernisation du secteur de la presse le 17 avril dernier, cette possibilité a été étendue aux journalistes, pour qu’ils puissent accompagner les parlementaires et rendre compte en toute transparence au public de ce qu’il se passe dans les lieux de privation de liberté.

En présence du Directeur de l’établissement, Monsieur LANDAIS, et de son adjointe, Madame PETON, j’ai pu, au fil de cette visite, apprécier l’accueil qui nous a été réservé ainsi que le professionnalisme du personnel pénitentiaire présent sur le site, faisant preuve dans son ensemble d’un réel dévouement et d’une implication indiscutable en faveur du bon déroulement de l’incarcération des détenus.

Guidé à travers les différents espaces de vie, des appartements aménagés pour permettre aux personnes incarcérées de recevoir leur famille à la salle de classe dans laquelle certains passaient ce matin-là le brevet des collèges, je n’ai croisé que des surveillants bienveillants, attentifs au bon fonctionnement de cette prison moderne qui offre des conditions de détention beaucoup plus dignes que la précédente, située Rue Descartes. Je regrette néanmoins que celle-ci ait été construite en Partenariat Public Privé, ce qui fait supporter des frais de fonctionnement élevés au budget de l’État.

J'ai pu une nouvelle fois mesurer, mais je compte bien y revenir, le climat apaisé qui règne au sein de cet établissement, et tiens à féliciter pour cela le personnel pénitentiaire, pour sa capacité d’écoute et la patience dont il fait preuve chaque jour au contact d’un public sensible et en quête de repères.

29/06/2015

Hommage à Daniel Châtellier

MMDC.jpgC’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès, survenu hier soir, de Daniel Châtellier, ancien Maire de Sucé-sur-Erdre de 2008 à 2014.

Militant syndical puis membre du Parti Socialiste, il s’est investi sans relâche pour sa commune et ses administrés, afin d’infléchir les politiques municipales en faveur d’une plus grande mixité, du lien social et du vivre-ensemble. C’est un homme d’une grande valeur humaine que nous perdons aujourd’hui.

J’adresse à son épouse, ses enfants et petits-enfants, ainsi qu’à ses proches, mes plus sincères condoléances et les assure de mon entier soutien en ce moment difficile.

 

| Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | |

Ma lettre n°20 vient de paraître

lettre20.JPGLe vingtième numéro de ma lettre de Député vient de paraître, accompagné de la brochure éditée par le Groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC) de l'Assemblée Nationale «Aujourd'hui la France. 3 années d'actions au service des Français», consultable à partir de ce lien.

Au sommaire: La France se relève: 60 engagements, 3 ans plus tard. Le saviez-vous? (La loi Macron). Solidarité avec la République tunisienne. L'école au cœur de la République. L'éducation populaire, compétence partagée. Servitude de marchepied: en bonne voie! Le projet de loi sur le Renseignement. Le mot de ma suppléante, Elsa Régent-Pennuen, sur le Projet de loi sur le dialogue social et l'emploi.

Pour la télécharger, cliquer sur l'image ou bien ici.

Pour recevoir la version papier, adressez vos coordonnées par mail à contact@michelmenard.fr. Les numéros précédents sont également disponibles dans la rubrique Lettre d'information.