UA-89942617-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2017

"La France doit reconnaître l'Etat de Palestine". Réponse de François Hollande

7PvW_a3_kRU7PiBv0XQlUeXfdBftoJRiTNUPXI8CTB8.jpgEn réponse à la lettre ouverte des parlementaires demandant que la France reconnaisse sans délai l'État de Palestine, le Président de la République a rappelé la place prépondérante que la France occupe dans la mobilisation internationale en faveur d'une solution à deux États, Israël et la Palestine, les deux en paix et en sécurité.

François Hollande rappelle que la France a voté fin 2012 pour l'admission de la Palestine comme État non-membre observateur aux Nations Unies.

Je regrette cependant que le Président juge que le moment ne soit pas encore venu pour notre pays de reconnaître officiellement l’État de Palestine. J'affirme de nouveau que c'est la condition sine qua non pour que les négociations de paix s'engagent entre les autorités israéliennes et palestiniennes.

Pour ma part, je continuerai à défendre la solution à deux États et l'exigence du respect des résolutions de l'ONU.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour prendre connaissance de la réponse du Président de la République.


PRLO1.PNG

Publié dans International, Palestine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | |

01/03/2017

Halte à la désinformation de "Les Républicains"

999098-prodlibe-cp-de-francois-fillon.jpgDans l'édition de Ouest-France du samedi 25 février, page 5, le maire des Sables d'Olonne, Didier Gallot, indique que "... il n'y a pas d'infraction car si François Fillon n'avait pas utilisé cet argent pour rémunérer sa femme comme assistante parlementaire [...] l'argent lui serait de toute façon revenu".

C'est totalement faux !

L'enveloppe de 9561€ pour rémunérer les collaborateurs est gérée par les services de l'Assemblée nationale qui établissent les bulletins de salaires en conformité avec les contrats de travail établis par le parlementaire. Aucun Euro ne peut revenir au député si celui-ci ne consacre pas toute son enveloppe au paiement des salaires de ses collaborateurs.

Ce midi, François Fillon laisse entendre qu'un tiers des parlementaires emploieraient des membres de leur famille. Selon les services de l'Assemblée nationale ce serait moitié moins.

Mais si l'emploi familial est actuellement légal, il est important de rappeler que la Justice enquête sur d'éventuels emplois fictifs concernant François Fillon. Si la preuve n'est pour l'instant pas faite de ces emplois fictifs, on peut toutefois s'étonner des montants de rémunération de Pénélope Fillon qui n'ont rien à voir avec la rémunération habituelle des collaborateurs.

En banalisant l'emploi familial, François Fillon et son parti abîment la démocratie et mettent à mal l'image de la très grande majorité des élus qui respectent les règles et la morale républicaine.

Publié dans Elections, France, Justice | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | |

2012/2017 : Un quinquennat engagé pour l’avancée des droits des femmes

logo corrigé.jpgLa Délégation aux Droits des Femmes (DDF) a adopté mardi 21 février son rapport d'information relatif au bilan des avancées obtenues pour l'égalité femmes-hommes depuis 2012.

A quelques jours du 8 mars, nous pouvons être fiers des mesures adoptées  au cours de cette XIVe législature.

Les lois sur le renforcement de la parité en politique ont été renforcées par l’instauration du binôme paritaire pour les élections départementales, le doublement des sanctions à l'égard des partis politiques qui ne respectent pas la parité aux élections législatives. Dans la sphère professionnelle et sociale, la représentation des femmes dans les conseils d'administration et de surveillance des grandes entreprises est désormais de 40%. Elle est renforcée dans les fédérations sportives, les chambres de commerce et d'industrie, aux CESER (Conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux), et dans les commissions consultatives et ordres professionnels.

La société évolue, les hommes eux-mêmes revendiquent un droit à la parentalité plus fort. Afin de permettre une plus forte égalité professionnelle, les législateurs ont proposé des mesures afin de permettre un partage plus équilibré des responsabilités parentales (réforme du congé parental, développement de l'offre d'accueil du jeune enfant). Les entreprises ont dû également évoluer dans leur pratique, et l’accès à la commande publique est désormais conditionné au respect de l'égalité, à la lutte contre le sexisme et les agissements sexistes en milieu professionnel.

Parce que plus de 300000 femmes, en France, ont été entendues et ont déclaré avoir été victimes de violences, ce dernier mandat a affirmé clairement aux agresseurs la fin de l’impunité de ces actes. La mise en place de mesures de protection maximale due aux victimes avec le numéro d’urgence «Violence femmes info», la prise en charge du harcèlement sexuel et des cyber violences, et surtout l’adoption de la loi visant à lutter contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées, sont autant de marqueurs qui illustrent ce quinquennat progressiste.

La création de la Garantie contre les impayés de pensions alimentaires (GIPA), la politique ambitieuse en faveur des parents isolés, le renforcement des droits sexuels et reproductifs et, en premier lieu, le droit fondamental à l'Interruption volontaire de grossesse (remboursement à 100%, suppression du délai de réflexion et de la notion de détresse pour pratiquer une IVG, extension de délit d'entrave aux nouveaux moyens numériques...) ont mis en avant de nouveaux droits sociaux. A l’heure où certaines libertés sont attaquées ici et ailleurs, il était important de le réaffirmer.

Enfin, l’éducation ne pouvait être laissée de côté sur cette question cruciale du vivre ensemble. L'éducation à l'égalité filles/garçons au travers d’un plan ambitieux pour l'égalité à l'école, la lutte contre le sexisme et pour la mixité, la responsabilisation de tous les acteurs tels que le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) ont entrainé dans notre pays depuis 2012 une dynamique émancipatrice pour les droits des femmes.

Je salue ces avancées historiques. Elles ne font que fixer les priorités et baliser le chemin du progrès qui reste à parcourir, et celui-ci est encore long. La France avance sur ces questions. Les hommes et les femmes doivent continuer à agir pour une société plus égalitaire et plus juste.

En savoir plus : ici

27/02/2017

La France doit reconnaître l'Etat de Palestine. Des mots aux actes

FHMA201702.pngLe 21 février dernier, avec 153 collègues députés et sénateurs, à la suite de la conférence internationale pour la paix au Proche-Orient mi-janvier à Paris, j'ai cosigné la lettre ouverte ci-dessous, adressée au Président François Hollande.

Nous demandons que la France reconnaisse officiellement, sans délai, l’État de Palestine. Le conflit israélo-palestinien ne peut que pâtir des déclarations et intentions du nouveau président des États-Unis Donald Trump, et nous savons par ailleurs que la paix ne pourra résulter que de négociations entre les deux États, souverains, avec le soutien de la communauté internationale.

C’est donc sans attendre que la France doit s’engager auprès des 137 pays qui reconnaissent déjà officiellement l’État de Palestine.

«Monsieur le président de la République,

La France a accueilli à Paris, le 15 janvier dernier, soixante-dix pays et organisations internationales pour une conférence internationale pour la paix au Proche-Orient. Cette conférence fut l'occasion de réaffirmer solennellement l'attachement de la communauté internationale à la solution à deux États, Israël et la Palestine, vivant côte à côte en paix et en sécurité, paramètre fondamental pour la reprise de négociations bilatérales entre les parties, gelées depuis avril 2014.

Cependant, au terme de cette conférence qu’il convient de saluer, s’ouvre une période lourde d’incertitudes au Proche-Orient. Le président américain a fait connaître sa volonté de revenir sur le statu quo observé jusqu’alors par les pays occidentaux en transférant l’ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Forte de ce soutien, la Knesset vient de voter la légalisation des colonies sauvages de Cisjordanie, au mépris du droit international, et notamment de la résolution 2334 adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies au mois de décembre dernier. Cette loi est un pas de plus vers l’annexion de la Cisjordanie.

Dans ce contexte, la France ne peut rester silencieuse. Les 2 et 11 décembre 2014, l’Assemblée nationale et le Sénat avaient adopté deux résolutions invitant le Gouvernement français à reconnaître l’État de Palestine. A cette occasion, Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères et du développement international, avait engagé la diplomatie française en affirmant: «en cas d’échec, la France devra reconnaître l’État de Palestine». Si son communiqué final rappelle les grands paramètres du règlement du conflit, la conférence de Paris n’a ni permis de réunir les principaux intéressés, Israéliens comme Palestiniens, ni abouti à des mesures concrètes permettant de progresser dans les négociations de paix.

La France doit marquer sa volonté de sortir de l’impasse sur ce conflit en réaffirmant solennellement, au nom du droit inaliénable à l’autodétermination, que le peuple palestinien est fondé à se doter d’un État. Il en va du respect du droit international comme de la sécurité d’Israël.

Vous l’avez dit vous-même, Monsieur le président, «seules les négociations bilatérales peuvent aboutir». Il est donc temps que ces négociations se déroulent sur un pied d’égalité, d’État à État. La France ne peut prôner dans ses expressions officielles la solution à deux États et n’en reconnaître qu’un seul. Nos actes doivent désormais suivre nos mots.

Monsieur le président, montrez-vous à la hauteur de l’enjeu et ne manquez pas ce rendez-vous avec l’Histoire, en reconnaissant dès à présent l’État de Palestine».

pour visualiser la liste des signataires, cliquer ci-dessous.

Lire la suite

Publié dans France, International, Palestine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | |